Récit

Raconte-moi ton voyage

Je n’ai jamais autant rêvé de voir ce pays dont tu ne cesses de me parler, cette Inde, véritable sous-continent, que tu parcours pour apprendre à danser, à jouer de la musique, pour écrire des histoires.

Voyager avec toi dans le sud de l’Inde, où tu apprends le barathanatyam auprès d’une guru qui t’enseigne sans autres mots que ceux du corps.

L'Endroit merveilleux

Derrière ma maison il y avait un champ et derrière le champ un autre champ. Derrière les champs il y avait une pâture et au bout de la pâture un petit ruisseau. Au milieu de la pâture se trouvait une espèce de vieille cuve rouillée, abandonnée là depuis probablement un bon bout de temps. Nous montions dedans mes voisines mon frère et moi. Et nous passions des journées entières dans cet endroit que nous avions baptisé « l’endroit merveilleux ».

J'ai toujours voulu être dompteuse de rêves

Là, faisant face à l'immensité, j'ai ouvert ma main et je les ai libérés. Se mettant à ricocher sur les souffles taquins qui me glaçaient le cou et sur les remous espiègles du saint Laurent, mes rêves sont revenus caresser mes joues avant de repartir explorer leur nouveau terrain de jeu. Ils sont venus me réconforter, ils m'ont murmuré qu'ils ne disparaîtraient pas, mais qu'ils avaient besoin de s'envoler pour mieux se réveiller, endormis depuis trop longtemps dans la torpeur de ma tête, coincés entre mes espoirs agités et mes appréhensions timides.

3. M comme Mirage

Celui qui voyage sans rencontrer l'autre ne voyage pas, il se déplace.

— Alexandra David-Néel

 

Cette phrase, je l’ai d’abord trouvée d’une grande beauté, portée par un élan d’ouverture sur le monde. Seulement, elle m’a fait voir le voyage que je suis à préparer sous un tout autre angle et je ne sais plus si j’ai toujours envie de partir.

Voyages d'enfance

La vie est un voyage, on le sait. Et les nuages
sont de bien errants voyageurs. Bashô affirme
que le voyage même est la demeure. Est-il
possible de tant errer?

J. R. Léveillé

 

Devant le poêle à bois

Vingt heures quinze, à l’exception du feu qui ronronne dans le poêle à bois et de trois chandelles dont la flamme vacille à quelques centimètres de mon carnet, l’intérieur de la cabane est plongé dans l’obscurité. Assise près de la bête au ventre de métal crépitant que je ne cesse de nourrir pour échapper au froid, j’entreprends l’écriture de cette première journée de voyage.

Un pèlerinage du pain à Montréal

Sur l'autoroute 10 à six heures du matin, la poudrerie souffle et balaye le bitume. C'est enneigé pour rejoindre l'autobus qui me mènera en ville. Je me suis levé tôt – quatre heures – mais je me dis que c'est tard pour ces boulangers que nous allons rencontrer aujourd'hui.

Pages

S'abonner à RSS - Récit