Poésie

Retrouvailles insulaires

Décentrée, en suspens, elle suivait simplement.
Loin, glisse une silhouette à l'ombre des sapins,
Là, coule le Saint-Laurent dans le creux de ses mains.
Eloignée, arrêtée, en silence, elle s'étend.

Elle retrouve, immobile, tous ses sens, frissonnant.
Acceptant de sombrer dans ce rêve éphèmère,
elle entend le coeur lourd et battant de la terre.
L'eau ruisselle, les roches craquent, le vent joue, rien ne ment.

Pages

S'abonner à RSS - Poésie