Autofiction

Se créer

Dans le cadre de l’atelier Récit de voyage assisté par Isabelle Miron, nous avons rencontré le rappeur Sonny Do, qui a récemment fait paraître les chansons En marche! et Se créer où il parle de son expérience et de sa conception du voyage. Nous lui avons posé une série de questions sur ces deux nouvelles pièces pour mieux en saisir la portée et le sens. L'ensemble de l'oeuvre de l'artiste peut être écoutée à l'adresse suivante : https://sonnydo.bandcamp.com/

Invisible - Variable

Question :
Identité du voyage – main volage
Sensualité du moment, brise érotique.
Le rapport entre espace et peau?

20-09-2016

Ta main fusionne dans la mienne -

Nous vivons sur du temps emprunté. C’est exagéré, on dépasse clairement les limites de notre contrat de couple. Notre relation est impossible et tu le sais très bien aussi.

Ta main qui glisse dans mes cheveux et qui caresse ma nuque -

L'arrivée

J’observe l’autoroute des Laurentides se dérouler devant moi depuis un peu plus d’une heure. CHOM, la station de radio, joue en sourdine. J’ignore si c’est le fruit du hasard ou d’une force qui échappe aux lois naturelles, mais la voix d’un cowboy notoire me rappelle le motif de ma présence sur cette route bordée d’arbres où se profile, à l’horizon, une pente de ski enneigée : écrire un récit de voyage.

Un voyage à étapes (prise 2)

« De ces voyages qui vous font et vous défont…»

Je parle rarement du retour de mon six mois en France. J'adore raconter ce que j'ai vécu là-bas, toute la culture qui se trouve en Europe, ma passion du voyage qui y est née... après la liberté et les découvertes, il me fallait revenir à Montréal. J'évoque encore moins souvent la rencontre que j'ai fait sept semaines avant de revenir « à la maison ».

Voyages d'enfance

La vie est un voyage, on le sait. Et les nuages
sont de bien errants voyageurs. Bashô affirme
que le voyage même est la demeure. Est-il
possible de tant errer?

J. R. Léveillé

 

2. T comme Tintin

Martin, la tête pleine de rêves marocains, me parle désormais de dunes de sable, de chameaux et de tombeaux Saadiens. Ses paroles aussi légères qu’un vent d’été me ramènent immanquablement à Tintin et au Crabe aux pinces d’or.

Le temps d’un battement de paupières, je traverse le désert à dos de chameau, alors que Monsieur le Chat est étendu sur mes cuisses. Martin, à ma suite, observe sa bouteille de whisky voler en éclats.

* * *

1. Le tour du monde des tergiverseurs

J’ai fait le tour du monde de mon salon avec Martin à plusieurs reprises entre le mois de septembre et de janvier. Comme on est de redoutables tergiverseurs, on n’arrivait pas à fixer les voyelles et les consonnes de notre prochain lieu de voyage. Martin avait la tête pleine de rêves parisiens, alors que moi, je grimaçais à l’idée que mon portefeuille canadien se fasse déplumer par une conversion en euro.

Pages

S'abonner à RSS - Autofiction