2016

"Alors tu es là, sur le seuil de ton existence..."

Alors tu es là, sur le seuil de ton existence, de ce que tu connais qui vacille. Et tu vibres d’excitation, de tension, d’impatience. Et tu te sens vivante si tant est que ce soit ça, que ça puisse être réduit à ça, à ces puissantes inspirations et expirations, au tambourinement irrégulier de ton cœur dans ta poitrine enflammée, à cette partie de toi que je ne connaissais pas et qui s’est réveillée.

À la maison

D’abord surexcitée à n’en plus cligner des yeux face à cette aventure qui semble montée de toutes pièces juste pour moi. Annoncer la bonne nouvelle à qui veut bien l’entendre. C’est fait. Payé. Inscrit à l’agenda. Et c’est dans quelques mois à peine. Je suis remplie de joie, vraiment ! 

Dans le doute, être une fleur

photographie : C. Laranjo
 
De ce week-end avec des gars dans le bois
je me rappellerai les s de nos sound of silence dans le char
la flûte de pan d'El Condor Pasa vers Saint-Jean-de-Matha
l’anglais réservé au chien défendu
 
D'un get-together-drunk je ne conserve qu'une infirmière accouchant son amie jusqu'à six heures du matin
Des mains-papillons-pâtissières et des cheveux de montagne

Voyager Léger

Mes Carnets

 

Avant-propos :

J’ai acheté un petit carnet Clairefontaine.

Dedans,  j’ai tout noté : impressions de voyages et réflexions.

Pessoa et Bouvier comme sources d’inspiration.

Je n’ai pas su montrer des chemins, ni plans ni schémas.

Mais pensé que le premier de tous les périples, c’est d’abord écrire.

Placé entre le monde et moi, une zone inconnue dont je suis l’archéologue.

état de crise en tant que communitas

En nous questionnant aujourd'hui en classe à propos du terme communitas et comment il s'applique ailleurs que dans les examples de tribus relatées dans le texte de Turner, l'idée de catastrophe m'est venue à l'esprit. Est-ce que le 11 septembre lorsque les tours se sont effondrées est un exemple de communitas? Surtout pour les gens qui étaient sur place mais aussi pour tous les témoins à travers le monde qui ont vu les images de cette catastrophe.

Il ne faut pas s'oublier

Le texte qui suit constitue mon essai final dans le cadre du groupe de recherche-création "Récits de voyage artistiques et hypermédiatiques", au printemps 2016.

Meschonnic m'avait dit de voyager dans la lumière

Photographie : C. Laranjo

Je m'étais assise sur une terrasse quotidienne
Étiré les bras jusqu'à ce que mes aisselles arrivent
Mes fesses ont suivi mon dos courbé mon cou a roulé mon menton scintillé
J'ai miaulé
J'étais en avion depuis dix heures

Pages

S'abonner à RSS - 2016