Océanie

Le métacarnet

Afin d'obtenir une présentation optimale, cette entrée est consignée dans la pièce jointe qui suit.

No. 5

Une question :

Pourquoi mon retour est-il plus créatif que mon voyage lui-même?

No. 4

L'automne arrive je l'avais oublié avec la mer tous les jours les feux de camps les oiseaux sans ailes je regarde ces feuilles par terre elles sentent le Mont Shefford la maison et les tas dans lesquels on saute je regarde ces feuilles alors je sais que je suis vraiment revenue chez moi.

No. 3 / de l'importance de l'inutile

photo: Florence Tétreault

Souvent, je ne roule en vélo qu’en direction de. Je fais des choix cohérents pour arriver à un but, parce que c’est tellement tellement important de se réaliser. J’essaie de me situer dans un axe de trajectoire générale, j’élimine le superflus et j’avance.

No. 2

Parfois je me surprends à ne pas vouloir écrire les choses qui me traversent.

 

C’est intéressant, cette idée qu’en parcourant les espaces, on dresse la liste des choses qui existent avec toute la grâce que ça implique, qu’elle était là le 26 juin 2016 entre treize heures trente-quatre et treize heures trente-cinq, que désormais l’écriture est en marche avec les montagnes de Wanaka et que nous ramenons avec nous des discours et des mots chargés de suspendu.

 

Le mal de mer

Un oiseau au chant étrange nous avait réveillés à l'aube. Il nous a réveillés tous les matins de notre séjour au nord de l'Australie. J'exagère un peu avec le mot "chant". L'oiseau faisait des cris de singe. Mais ce n'était pas la première fois que les sons me surprenaient durant mon voyage, ce ne serait pas la dernière fois non plus. Ici, les corbeaux miaulent

S'abonner à RSS - Océanie